» » » Le Cimetière des Pauvres

Le Cimetière des Pauvres

posted in: Musée Sighet | 0

cimitir_1_500L’une des composantes du Mémorial est le Cimetière des Pauvres, situé à 2,5 km du Musée, en dehors de la ville. Selon les légendes de l’époque, c’est ici qu’ont été enterrés, en catimini, pendant la nuit, une bonne partie de ceux qui avaient trouvé la mort dans la prison politique.

cimitir_cruci_1_500Il a été impossible, parmi les milliers de tombes antérieures et ultérieures aux années 1950, d’en identifier les fosses, de sorte que, pour rendre hommage au sacrifice de ces victimes, on a conçu, en 1999, un projet paysagé. En effet, sur les 14000m2 du cimetière, on a tracé le contour de la Roumanie. A l’extérieur de ce contour on a fait planter de jeunes arbres, notamment des conifères. Lorsqu’ils pousseront, ces derniers formeront une sorte d’amphithéâtre végétal, au sein duquel le « pays » fera comme une clairière. La patrie embrassera de cette manière ses martyrs et les pleurera à travers les générations successives de la végétation. Depuis une belvédère qui sera placée sur une éminence, juste au bord de la Tisza (la frontière actuelle avec l’Ukraine), les visiteurs du Mémorial auront la possibilité de contempler ce dessin symbolique, qui deviendra de plus en plus clair, au fur et à mesure que la nature parachèvera le projet.

UnknownEn 2008 cette architecture paysagère a été complétée d’un autel en pierre, qui servira à célébrer les offices commémoratifs et que domine une croix massive en calcaire, décorée à la manière byzantine et sur laquelle sont sculptées les paroles de la neuvième félicité. Au pied de l’autel on a déposé des urnes contenant de la terre recueillie sur les cimetières où reposent des victimes de la détention, de la déportation ou de l’assignation à résidence. Cet ensemble funéraire est un cénotaphe dédié aux victimes de tous les prisons et les camps communistes. Des croix votives, dont l’une en l’honneur des personnalités qui ont trouvé la mort dans la prison de Sighet et d’autres dédiées aux prélats gréco-catholiques et aux paysans victimes de la collectivisation, au même titre qu’un monument des héros de Maramures veillent sur l’autel. A la consécration du cénotaphe, qui a eu lieu le 5 juin 2008, ont assisté des personnes venues de toutes la Roumanie. Elles ont apporté de la terre recueillie sur les tombes des victimes du communisme, sur des cimetières où il y a de pareilles tombes, connues ou inconnues, sur des endroits où des gens ont été assassinés par les communistes où bien où il y a des fosses communes et l’ont déposée au pied de l’autel.

cimitir