» » » » » Musée Sighet: Salle 39 – La communisation de l’enseignement

Musée Sighet: Salle 39 – La communisation de l’enseignement

posted in: Premier étage | 0

Durant le régime communiste, tout geste d’opposition a été réprimé par la terreur. Les adultes ont été emprisonnés ou bien exterminés dans les camps de travail.
Les méthodes les plus perverses ont été imaginées pour cloner les jeunes selon le modèle de l’idéologie communiste. Dès les premières années de la soviétisation, une bonne partie des enseignants – des instituteurs de campagne aux professeurs des universités – ont été congédiés, obligés d’apprendre et d’exercer des métiers manuels, condamnés au travail forcé ou bien emprisonnés. Ceux qui ont gardé leurs postes, au même titre que ceux que les communistes ont embauchés ont dû s’adapter à ces « temps nouveaux », tout en devenant les instruments de propagande des « enseignements marxistes-léninistes ». Les matières étaient enseignées à partir des « manuels uniques », conçus selon le modèle soviétique, alors que les disciplines classiques ont été remplacées par des matières propagandistes, suffoquées d’idéologie. Le résultat a été la création de « l’homme nouveau » (le rêve de tous les dictateurs), dont le projet a été entamé par Gheorghiu-Dej et parachevé par Nicolae Ceausescu. Il s’agit d’un individu dépourvu de passé et obligé de regarder souriant vers un « avenir lumineux » qui n’est jamais advenu.
Cette salle décrit le processus funeste de dépersonnalisation des citoyens de la Roumanie tout le long d’un demi-siècle (les conséquences de ce processus sont encore visibles de nos jours).
Elle est en même temps un hommage en l’honneur de ceux qui s’y sont opposés et dont la dignité leur a coûté la liberté et parfois même la vie.