» » » » » Musée Sighet: Salles 25 – 26 – Une Chronologie de la Guerre froide

Musée Sighet: Salles 25 – 26 – Une Chronologie de la Guerre froide

posted in: Rez-de-chaussée | 0

« De Stettin à la Mer Baltique jusqu’à Trieste à la Mer Adriatique, un rideau de fer s’est abattu sur le continent »

Cronologia războiului rece
Cronologia războiului rece

C’est dans cette phrase qu’a été défini un des phénomènes les plus étranges de l’histoire contemporaine. LA GUERRE FROIDE a occupé, avec son insupportable tension, une moitié du XXe siècle, pendant laquelle sont survenues deux guerres mondiales, baignées dans le sang de plusieurs millions de personnes.

Certains l’ont même appelée « la troisième guerre mondiale ». Et ce parce que, même à défaut d’une déclaration de guerre, d’autres millions d’habitants ont péri dans des guerres locales, dans des massacres organisés, dans des prisons et des camps de travaux forcés. Dès 1945, deux tiers du territoire de l’Europe se trouvaient sous occupation soviétique. En Asie, couverte elle-même par les colosses chinois et soviétique, comme en Afrique, beaucoup de pays appelés à un moment donné « du tiers monde » ont été aussi engloutis par le communisme.

En 1979, le colonialisme soviétique a touché à son apogée par sa tentative de corrompre l’Afghanistan. Mais – comme si un arc se fut brisé – tout ce déséquilibre abusif auxquels les gens s’étaient déjà habitués a été renversé dans les années ’80. La solution pour dépasser la crise, recherchée par l’humanité dès le premier jour de guerre, survint en 1989.

Bien qu’il existe encore des pays où la démagogie et même la démence des dirigeants menace l’humanité de la destruction, elle est assez mûre pour ne plus se laisser entraîner dans les entrelacs exsangues de la guerre des frontières. Toutes les paroles sont usées. Mais les faits sont parlants.

Cette grande exposition, comportant 57 panneaux, a été préparée, à l’instar de toutes les autres expositions du musée, par le Centre international d’études sur le communisme de Bucarest. Mais, à la différence des autres expositions, elle s’inscrit dans le projet international History after the Fall, réalisé avec l’appui financier du programme Culture 2000 de la Commission Européenne. De 2005 à 2007, la version en anglais de l’exposition a été présentée à Dresde (à l’Institut Hannah Arendt), à Budapest (aux Open Society Archives), à Prague (à l’Institut d’histoire contemporaine) et à Varsovie (à la Maison des rencontres avec l’histoire). Des versions en roumain et en français de l’exposition ont été présentées en Roumanie, plus précisément à Bucarest (au Musée national d’histoire), à Iaşi (au Musée de l’Union), à Cluj (à la Bibliothèque de l’Académie) et dans d’autres villes. À partir de
2007, Une chronologie de la guerre froide est devenue une exposition permanente du musée ; elle expose le contexte mondial dans lequel s’est déroulée l’histoire analysée dans d’autres salles.