» » » » » Musée Sighet: Salles 54 – 58 – Les Salles « Gheorghe I. Brătianu : un historien dans l’histoire »

Musée Sighet: Salles 54 – 58 – Les Salles « Gheorghe I. Brătianu : un historien dans l’histoire »

posted in: Premier étage | 0

Sălile 54-58

Dans une ambiance impressionnante, les photos, les documents, l’arbre généalogique reconstituent l’environnement dans lequel s’est formé le grand historien de plus tard. Le rôle important qu’a joué pour lui la tradition familiale et implicitement l’école vers laquelle il a été orienté sont mis en évidence.

L’activité de Brătianu est présentée à commencer par ses premières démarches en matière de science historique, qui ont culminé par la réalisation de plusieurs ouvrages de référence dans ce domaine, mais aussi par une prestation remarquable dans l’enseignement supérieur.

Dans le cadre de l’exposition, référence est également faite à d’autres moments importants de la vie et de l’activité de Gheorghe I. Brătianu, comme par exemple sa présence sur le front dans les deux guerres mondiales ou encore son élection en tant que membre de l’Académie. Son activité politique n’a pas été oubliée non plus.
C’est suite à cette dernière que Brătianu fut arrêté le 5/6 mai 1950 et interné à Sighet pour 24 mois. Malgré qu’il fût déjà mort en avril 1953, dans la prison de Sighet, sa peine fut majorée de 60 mois conformément à la décision du Ministère des affaires intérieures n° 559 du 6 août 1953.
L’exposition a été réalisée par un groupe de muséographes du Musée national d’histoire de la Roumanie, coordonné par le dr. Valeriu Leahu, en 1998, à l’occasion du centenaire de la naissance de Brătianu, et a été laissée par la suite au Mémorial de Sighet.
Les objets personnels, les derniers qui restent après la mort de l’historien, ont été offerts par Mme Maria Brătianu. La sculpture en bronze « La mer noire », dédiée à Gheorghe Brătianu, a été donnée au Mémorial par le sculpteur Ovidiu Maitec.
L’édition originale de la plupart des oeuvres de Gheorghe Brătianu a été offerte au Mémorial par le professeur Nicolae Scurtu.